le mot de la famille

Publié le par lenimportequoireunion

.

 

    DENONCER EN LAISSANT UN COMMENTAIRE

 

 

Le mot de la famille Kada

 

Nous avons alerté depuis Septembre 2010, à maintes reprises, par des courriers, par de nombreux déplacements dans les bureaux de l’Urbanisme, des services techniques, de la police municipale… et même dans le bureau du Maire, que la situation dans laquelle nous sommes, est inacceptable et que leur intervention était indispensable. Qu’il n’était pas normal que pendant que nos enfants et nous-mêmes devions camper dans notre propre demeure à cause d’un péril déclaré par leurs propres services, causé par un propriétaire  irrespectueux des règles élémentaires de construction et de sécurité de ses futurs voisins, qu’il ait obtenu un permis de construire sur une zone déclarée « en danger grave ». Aucun responsable de cette injustice ne s’est déplacé pour constater sur place, la réalité des choses. Tout le monde peut commettre des erreurs, mais personne ne veut reconnaître qu’il y a eu une réelle atteinte à la sécurité publique et privée, personne ne veut prendre ses responsabilités devant un grave dysfonctionnement de son service et nous sommes en face d’une municipalité qui a pris l’engagement devant les citoyens d’assurer le bon fonctionnement de la ville de Saint-Denis. Le chantier continue, malgré tout, et nous sommes toujours dans l’attente d’une solution. Car aujourd’hui, les murs « voile » ont disparu sous un amas de parpaings rafistolés, et personne ne peut plus constater ce qui était censé protéger les talus de terre argileuse et garantir la sécurité de notre habitation, de celle de notre voisin retraité et des rues. Et pour couronner le tout, l’Urbanisme a décidé qu’il était tout à fait normal qu’une terrasse « mitoyenne » et un balcon donnent sur notre cour et juste au dessous de la porte de la chambre de nos enfants.

 

Après avoir mis notre habitation en péril, après avoir privé nos enfants de leur chambre depuis Août 2010 jusqu’à ce jour, après nous avoir fait courir d’un bureau à l’autre, après avoir autorisé la construction d’une terrasse et d’un balcon collés à notre maison et notre cour et après nous avoir obligé à recourir au service d’un avocat que nous devons payer, que nous réservent encore la municipalité et ce voisin inconscient du mal qu’il a causé ?  

Cela peut arriver aussi prêt de chez vous. Nous remercions tous nos voisins et amis de longue date, tous nos amis et toutes les personnes qui nous ont soutenu et qui nous soutiennent en laissant des messages sur ce blog et sur le lien de la pétition.

 

http://www.petitionpublique.fr/?pi=JAMES

Commenter cet article